Le lézard de bibliothèque. Votre bibliothèque est le personnage principal du spectacle : des parcours entre les rayonnages, des messages cachés, et des histoires....


Tout public à partir de 7 ans. Durée : 1 heure (et plus si affinités). Nombre maximum de participants à la fois : 50 personnes.











Le thème :

On fait souvent venir le conteur pour, finalement, transformer pour un temps la bibliothèque en lieu de spectacle. Le Lézard de Bibliothèque, lui, veut transformer la bibliothèque... en bibliothèque !


La bibliothèque :

Dans ce programme, la bibliothèque est le personnage principal de l'histoire. Pas besoin de déplacer les livres, de pousser les tables, d'interrompre le prêt. Le Lézard de bibliothèque a besoin du lieu en état de marche habituel.


Quelque chose d'inhabituel :

Cependant, les visiteurs remarquent qu'il se passe aujourd'hui quelque chose d'inhabituel : quelqu'un qu'ils ne connaissent pas est là, qui vient de leur donner une lettre personnelle et confidentielle. Dans cette lettre, se trouve la règle d'un jeu, d'un pari, d'une recherche à effectuer avec le visiteur, qui est un conteur qui a perdu la mémoire. Il va falloir l'aider à la retrouver.


Messages et contes :

Permettez-moi de ne pas tout dévoiler. Toujours est-il que la bibliothèque se transforme en un lieu où l'on est convié à écouter, dans un coin, en secret, une histoire personnelle, mais pour obtenir cette histoire, il a fallu courir, en silence et sans déranger, pour aller chercher dans les livres, dictionnaires, bandes dessinées, ou même dans les allées, entre les rayonnages, des messages, des morceaux d'histoires, des bouts de dessins, qui vont servir à alimenter la mémoire du conteur.


Un jeu de recherche et d'écoute :

A la fois rallye et jeu de découverte, spectacle et intervention, fête et apprentissage, dans une situation d'écoute aussi bien que de participation, cette animation a pour but de mettre en valeur le lieu bibliothèque comme tel.



Bien entendu, à cette occasion,

je ne manquerai pas de mettre en valeur

le rayon “poésie” !